suflet nou?

Sufar tare mult cand ma simt agresata in orice fel. Mai ales emotional. Cand tu vrei sa faci un lucru bun, sa ajuti pe cineva, sa faci o surpriza, sa iti arati sentimentele si sa te emotionezi fara bariere, fix atunci ti se da peste ochi. Si peste maini. Si peste suflet mai ales. Sigur, hell is paved with good intentions, isn’t it?

Cel mai rau in momentele astea e ca te simti singur, foarte singur, ca nu te intelge nimeni, ca nu ai nici un sprijin. Apoi incepi sa te invinovatesti, analizezi tot, refaci firul evenimentelor ca sa vezi daca si unde ai gresit. Eroare fatala! Te afunzi, de fapt, din ce in ce in rau si nu te ajuti absolut deloc. Chiar daca ai gresit, lasa greseala in trecut, invata din ea si da-i doar justa importanta. DO NOT OVERRATE YOUR MISTAKES 🙂 E ca in teatru – trebuie sa faci si prost, ca sa poata sa iasa bine apoi.

Acum, insa, parca nici nu mai am forta sa ma gandesc sau sa privesc in urma. Mi-e doar foarte rau si ma doare sufletul. Si capul si tot corpul. Ce bine ar fi sa pot sterge totul cu buretele. Tabula rasa! Asa, poate nu ar mai ramane decat un suflet gol, gata sa se mazgaleasca din nou pe el….

Dar am dat peste aceasta poezie a lui Kahlil Gibran si ma mai alin cu gandul ca nu se poate sa fie bine mereu, ca si fericirea si tristetea au aceleasi surse, uneori…si imi mai aduc aminte de Sarah Kane – “daca nu simti, nu are nici un rost”.

De la joie et de la tristesse – Kahlil Gibran

Une femme dit alors:
“Parle-nous de la Joie et de la Tristesse.”
Il répondit:
Votre joie est votre tristesse sans masque.
Et le mĂȘme puits d’oĂč jaillit votre rire a souvent Ă©tĂ© rempli de vos larmes.
Comment en serait-il autrement ?
Plus profonde est l’entaille dĂ©coupĂ©e en vous par votre tristesse, plus grande est la joie que vous pouvez abriter.
La coupe qui contient votre vin n’est-elle pas celle que le potier flambait dans son four ?
Le luth qui console votre esprit n’est-il pas du mĂȘme bois que celui creuse par les couteaux ?
Lorsque vous ĂȘtes joyeux, sondez votre coeur, et vous dĂ©couvrirez que ce qui vous donne de la joie n’est autre que ce qui causait votre tristesse.
Lorsque vous ĂȘtes triste, examinez de nouveau votre coeur. Vous verrez qu’en vĂ©ritĂ© vous pleurez sur ce qui fit vos dĂ©lices.

Certains parmi vous disent: “La joie est plus grande que la tristesse”, et d’autres disent: “Non, c’est la tristesse qui est la plus grande.”
Moi je vous dit qu’elles sont insĂ©parables.
Elles viennent ensemble, et si l’une est assise avec vous, a votre table, rappelez-vous que l’autre est endormie sur votre lit.

En vĂ©ritĂ©, vous ĂȘtes suspendus, telle une balance, entre votre tristesse et votre joie.
Il vous faut ĂȘtre vides pour rester immobiles et en Ă©quilibre.
Lorsque le gardien du trĂ©sor vous soulĂšve pour peser son or et son argent dans les plateaux, votre joie et votre tristesse s’Ă©lĂšvent ou retombent.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s